Portrait d’une jeunesse oubliée

Portrait d’une jeunesse oubliée, à Villiers-le-bel

Back in the hood

Je suis née et j’ai grandi à Villiers-le-bel. Cela a toujours été une force pour moi.

Avec cette série photographique, je désire, avant tout, mettre en lumière les quartiers populaires. Loin des clichés médiatiques qui les enferment bien trop souvent dans des schémas tellement réducteurs. Ce qui m’intéresse c’est, à contrario, de poser un regard bienveillant et honnête sur cette jeunesse dont on parle si peu en bien. Parce qu’elle mérite un éclairage spécial. Oui, en banlieue il se passe aussi des choses positives, les jeunes se forment, apprennent un métier, font des études, du sport, dansent, chantent, apprennent d’un instrument de musique au conservatoire. Certains sont perdus et cherchent encore leur chemin. Eux aussi m’intéressent. Les photographier c’est un acte de reconnaissance, alors que par  humilité, eux, ne demandent rien. Cette jeunesse mérite qu’on la regarde, qu’on l’écoute et qu’on l’aime  telle qu’elle est avec ses failles, ses talents, ses rêves et ses interrogations.

L’idée étant de mettre en lumière ce que la France a de plus riche : sa jeunesse et sa mixité. Franchir le périphérique et allez voir ce qui se passe de l’autre côté. Cette année cela fera 10 ans que deux adolescents Moushin  et Laramy  sont morts dans un accident de moto poursuivi par une voiture de police avec les émeutes qui ont suivi. Ce reportage leur ai dédié.

https://95400.fr/

Linda Mestaoui

Filed under